De Pierre et de Sel...

28 novembre 2017

On ne voit jamais que ce qu'on veut bien voir...

... ou comment j'ai pris mes désirs pour des réalités.

Ce matin j'ai reçu un texto de Miss Minerve :

textos

 

Que pensez-vous que je lui ai répondu ?

Je l'ai félicitée pour cette excellente note (elle est en 1ère S et les maths, dans cette filière, ça compte).

Que m'a-t-elle répondu ?

Qu'elle n'avait jamais eu de 18 sur 20.

J'ai relu le message : j'avais mentalement transformé le "h" en "/"...!

A ma décharge, j'assistais à un colloque et j'avais consulté le téléphone aussi discrètement et rapidement que possible ; j'ignore si on m'a vu le faire, mais je sais qu'on m'a vue essayer de retenir le fou-rire qui m'a prise tout d'un coup.

J'ai donc rendez-vous avec la prof de maths de Miss Minerve à 18h20, pour voir avec elle comment ma fille pourrait décrocher des 18/20...

Posté par _Alienor_ à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 novembre 2017

Wikipédia : ou pas ?

Il est de bon ton de cracher sur Wikipédia.

La preuve : "les professeurs IN-TER-DISENT aux élèves de l'utliser" (à prononcer avec le petit air entendu qui va bien).

Mouaich.

Alors en bon trublion (devra-t-on bientôt dire "en bonne trublionne" ? ^^), pendant ce fameux déjeuner, j'ai pris la défense de l'encyclopédie en ligne.

Arguments :

- demander aux collégiens de ne pas utiliser Wikipédia évite surtout aux profs d'être confrontés à la paresse intellectuelle de leurs élèves et de se retrouver devant des devoirs copiés-collés identiques ;

- certains professeurs de lycée n'y sont pas opposés, voire conseillent de se référer à certaines pages. J'ai récemment discuté avec une lycéenne formatée pendant toutes ses années de collège à NE SURTOUT PAS UTILISER WIKIPEDIA, très perturbée quand un de ses enseignants lui a demandé d'utiliser une certaine page.
WTF ?

- c'est comme pour les maths : quand tu apprends les soustractions, pour faire simple et éviter d'embrouiller les esprits, on te dis que tu ne peux pas soustraire 5 de 3. Ce qui est très vrai avec les bonsbons, mais pas avec les mathématiques. Je m'en souviens très bien : quand on m'a initiée aux entiers relatifs, furieuse, j'ai failli intenter un procès à mes enseignants du primaire pour escroquerie intellectuelle.
Wikipédia, on te dit de ne pas l'utiliser jusqu'à ce que tu aies les capacités critiques de le faire correctement. C'est tout.
Car :

- il ne faut pas oublier que Wikipédia est une encyclopédie participative, faite par des gens comme vous et moi, mais aussi par des gens très pointus dans leur domaine. C'est un outil fantastique, en amélioration constante, qui fournit des articles certes inégaux, mais dont certains sont d'excellente qualité. Wikipédia est, à mon humble avis, le meilleur moyen de se familiariser, d'obtenir un aperçu général souvent complet et bien structuré d'un événement historique, d'une notion (quelle qu'elle soit), de la biographie d'un personnage...
A charge pour nous de garder un certain avis critique, et de vérifier et croiser les sources au besoin - les sources de Wikipédia étant généralement citée (leur absence est régulièrement pointée par les contributeurs : le fameux "ref. nécessaire")

- d'expérience, je peux vous dire que Wikipédia colporte notablement moins d'approximations et d'âneries que ses détracteurs... (et que ses adeptes aussi, bien entendu ^^)

- vous voyez des erreurs ou des approximations sur Wikipédia ? inscrivez-vous, au lieu de critiquer, et apportez les corrections qui vous semblent s'imposer. Vous contribuerez ainsi à promouvoir l'accès pour tous à une culture générale universaliste et de qualité.

- Diderot ne l'eût pas reniée.

Dixi.

Posté par _Alienor_ à 08:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 novembre 2017

Petit hommage à un grand couturier

Au milieu des années 80, alors que j'étais une lycéenne (#JeSuisUnDinosaure) en quête de vocation (toujours pas trouvée à ce jour) j'avais caressé l'idée d'une carrière dans le stylisme. Je m'intéressais alors à la mode (j'étais abonnée au magazine Depeche Mode, et j'écoutais le groupe du même nom, ça ne s'invente pas), je créais mes vêtements avec des tissus achetés pour quelques francs chez Toto Solde, sur la table de la cuisine, avec la Singer Starlet de ma mère (le modèle des années 70 avec des fleurs jaunes et oranges), et parmi mes couturiers préférés, il y avait évidemment Azzedine Alaïa, qui nous a quittés il y a quelques jours.

 

Alaïa

J'ai été fortement marquée par les robes qu'il faisait à l'époque, des robes sculpturales pour des femmes hiératiques (un style que j'ai retrouvé en plus conventionnel chez Hervé Léger) et c'est sans doute encore sous l'influence alaïesque (en tirer un adjectif, n'est-ce pas un bel hommage ?) que j'ai, au printemps dernier, craqué pour cette petite robe noire Morgan.

 

Capture

Sauf que bon, à mon âge (la cinquantaine imminente) ce n'est pas très sérieux ce genre de robes, et je n'ai jamais osé la porter.

Juste aujourd'hui, pour une photo hommage à ce créateur qui m'avait tant fait rêver.

Quoi !
Il parait que les blogs mode sont hyper hype !
Et puis les essaims sismiques, tout le monde s'en fiche...

Posté par _Alienor_ à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2017

Tout en haut sur le podium !

Du fond de mon Pôle Nord, je partage avec vous cette bonne nouvelle annoncée par le site TOPITO :

Finistère = meilleur département de France

(...)

     

Vu l'esprit potache qui semble se dégager de ce site que je ne connaissais pas il y a quelques minutes, il se pourrait que le choix de la moyenne d'âge des votants ait contribué à ce que les départements festifs (bretons, avec leur réputation de... convivialité dirons-nous, et leurs festivals dont on parle jusque dans les cours de récré des lycées du département n°8), ou synonymes de vacances (au ski ou au bord de l'eau) aient été avantagés.

Je n'ai pas non plus de certitude sur la validité de la méthode utilisée, mais on ne va pas chipoter...  je suis complètement et tout à fait objectivement d'accord avec cette première place... ^^

Posté par _Alienor_ à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2017

Le bourdonnement constant de l'essaim

J'avoue, on frôle la fixette, mais difficile de faire abstraction :
avant-hier journée plutôt calme, mais une quinzaine de secousses hier (même si je n'en ai ressenti vraiment qu'une petite moitié), et près d'une vingtaine aujourd'hui à l'heure où j'écris ces lignes, dont vers 13h00 une de M3.25 et une autre de M3.55, carrément inratables : sol qui vibre, verres qui s'entrechoquent, bruit important.

Si au départ j'ai pu trouver amusant de compter les séismes, maintenant que je compte les fissures je trouve ça nettement moins drôle. J'en ai même découvert sur les murs intérieurs.

Désormais, autour de nous, les éternels échanges sur la pluie et le beau temps s'accompagnent de considérations sismiques.

Nous avons même entendu quelqu'un envisager de dormir, "si ça continue", dans sa voiture avec un kit de survie.

J'en arrive à trouver plus sympathiques les essaims de frelons.

17 oct

 17 nov
évolution entre le 17 octobre et le 17 novembre
Captures d'écran : Sismalp, où je passe plus de temps que sur ma boîte mail ^^

Quoiqu'il en soit, il commence à bien porter son nom, cet essaim.

Posté par _Alienor_ à 15:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2017

Craquements de crépis : état des lieux

On serait tenté de croire qu'ils sont solides, ces gros murs plusieurs fois centenaires épais d'une soixantaine de centimètres.

En fait, non.

En tout cas pas quand on les secoue trop.

20171103_142837

 

Répertoriage des fissures pour suivi...

A l'origine, il y avait déjà des fissures sur les murs de la maison, du genre de celle de la photo ci-contre.

 

Rien d'affolant : quelques fissures capillaires, complètement normales au vu de l'âge de la maison, qui se teintaient d'humidité les jours de pluie et habillait pour quelques heures les murs de grosses marbrures sombres.

La petite araignée et le grain du crépis donnent l'échelle.

 

 

 

 

Mais avec les quelques centaines de secousses de ces dernières semaines, plusieurs d'entre elles se sont élargies, et certaines, déjà de belle taille, sont apparues :

 

20171103_142151

20171103_142450

20171103_142209

20171103_142726

20171103_14240120171103_142413

20171103_142432  20171103_142901   20171103_143212  20171103_143309

Je n'ai pas encore visité les combles, ni la cave voûtée, ni n'ai inspecté la toiture, mais la maison a déjà pris un sacré coup de vieux...........

Posté par _Alienor_ à 13:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
05 novembre 2017

Enfin, des progrès en orthographe...

Parmi les particularités de ma noble descendance, il en est une qui m'a causé quelques migraines : ils sont tous les deux, à des degrés divers, dysorthographiques.

Cette particularité m'avait valu un grand moment de solitude quand ma fille était au collège : son professeur d'italien, qui était également son professeur principal, m'avait prise de haut lors d'une réunion, en me disant que je mettais en avant une dysorthographie, mais que lui n'avait rien remarqué de dramatique. Je m'étais retrouvée à essayer de lui expliquer que l'orthographe est plus facile à maîtriser dans certaines langues, comme l'italien ou l'allemand, où la prononciation des mots est plus en adéquation avec leur orthographe, que dans d'autres comme le français ou pire, l'anglais. Que par voie de conséquence, il était normal que les difficultés orthographiques de ma fille ne lui aient pas sauté aux yeux.

Ces derniers temps, (alors qu'elle est en première, avec le bac de français à l'horizon), j'ai remarqué des progrès nets en orthographe chez Miss Minerve, et le lui ai fait remarquer. Avant même que je n'aie le temps de lui en faire le compliment, elle m'a lancé, d'un ton désabusé : "forcément, j'ai progressé : je n'ai pas le choix ! quand je fais des recherches sur internet, si je n'écris pas les mots correctement, je ne trouve rien !"

Qui aurait pensé que le salut viendrait de cet internet tant décrié ? tant pis pour le langage texto puisque les moteurs de recherche corrigent le tir...

Posté par _Alienor_ à 17:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2017

Chroniques d'octobre

Les dernières tomates profitent encore du soleil à l'abri des premiers frimas, des kilos de noix s'étalent sur les claies, les quelques petites pommes qui avaient survécu au coup de gel meurtrier de ce printemps ont fini en tarte, et, cadeau d'un voisin généreux, de beaux potirons ont pris leurs aises à la cave, à côté de la récolte de pommes de terre déjà bien entamée...

potirons

Les plantes aromatiques ont été récoltées et mises à sécher, les jeunes arbres fruitiers plantés par Monsieur et Numéro6 cet automne sont paillés pour l'hiver, et le mobilier de jardin s'offre une dernière représentation avant d'aller s'empiler quelque part au fond des hangars.

chaises jardin

Octobre, sec et doux, nous a offert de belles journées et un paysage magnifiquement coloré.
Pleuvra-t-il pour le 11 novembre ?

Très belle fête de la Toussaint à vous tous...

Posté par _Alienor_ à 09:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
29 octobre 2017

Addict

Lorsque j'ai lu "Dora Bruder", de Modiano, je terminais de reconstituer, via des sources indirectes, l'histoire d'un procès pour meurtre du XIXème siècle dont le dossier avait intégralement disparu des archives officielles.
Je ne saurais exprimer que confusément ce que cet exercice m'avait apporté sur le plan personnel ; le meurtre avait eu lieu pas loin de chez moi, une des personnes qui avaient eu un rôle crucial lors du procès était un arrière-arrière(...)arrière-grand oncle, et alors que l'affaire avait fait du bruit dans le département, pour l'époque, personne n'en avait jamais entendu parler dans la famille, ni dans le village d'ailleurs. Toutes les pièces pouvant évoquer le malheureux disparu s'étaient volatilisées (versée au procès disparu ?), bref, je m'étais passionnée pour cette histoire, au point d'en devenir quasi obsessionnelle le temps de reconstituer ce que je pouvais de l'affaire et des liens entre les différents protagonistes.

La lecture de "Dora Bruder" avait dans ce contexte violemment fait écho en moi.

Addict

Et pour ces mêmes raisons, la lecture de "Addict", de James Renner, s'est imposée comme une évidence.

L'auteur, journaliste, raconte l'enquête qu'il a menée autour de la disparition d'une jeune élève infirmière sur le point de se marrier, Maura Murray, dont la voiture est retrouvée à des centaines de kilomètres de chez elle. Une disparition qui avait eu lieu en 2004, et qui n'était toujours pas élucidée en 2010 quand James Renner a décidé de mener sa propre enquête.

Sauf que James Renner est particulier ; il fonctionne sur le même mode que les tueurs en série et les meilleurs flics américains... En bref, James Renner est un sociopathe, élevé dans une famille dysfonctionnelle, qui tente de garder son équilibre et de mener une vie normale entre ses obsessions, ses démons, ses excès, son fils dont il surveille les signes d'anormalité, sa femme, dont on se demande comment elle réussit à garder les pieds sur terre avec un mari de ce calibre, son métier de journaliste et son activité d'écrivain.

Alors je ne vais pas mentir, j'ai d'abord été complètement happée par ce roman qui n'en est pas un puisqu'il s'agit du récit d'une sorte d'enquête journalistique sur une disparition mystérieuse.

D'autant que certains passages m'avaient immédiatement accrochée : "Je ne suis plus surpris par les coïncidences étranges qui ponctuent ma vie. Après des années à traiter de crimes dans mes écrits, j'en suis arrivé à croire qu'il existe quelque schéma de l'univers, un certain ordre dans la tournure des choses. Une "formidable symétrie" ; c'est le nom que je lui ai donné. Pas forcément un dessein intelligent, plutôt une sorte de trame naturelle, ou quelque chose comme ça" : voilà qui me parlait et m'intéressait grandement.

Sauf qu'au bout de quelques chapitres, justement parce que j'avais conscience de ne pas avoir affaire à un roman, j'ai commencé à éprouver un léger malaise, qui n'a cessé de s'accentuer au fil des pages. J'avais l'impression de m'engluer dans l'obsession d'un autre (sentiment que je n'avais eu à aucun moment à la lecture de "Dora Bruder"), et, sentiment extrêment déplaisant : je me suis sentie voyeuse - je ne lis normalement jamais ces livres témoignages où les auteurs déballent leur intimité personnelle / familiale sous couvert de célébrité des parents / du conjoint, de fonction cathartique de l'écriture après un drame ou autre.

Or ce que j'avais abordé comme une enquête décalée prenait les traits d'une plongée dérangeante dans l'esprit torturé d'un homme fouillant contre leur assentiment la vie des membres d'une famille et son entourage, exhumant des détails privés, intimes, regroupés dans un récit quasi "clinique". De plus James Renner ayant beaucoup utilisé les réseaux sociaux pour son enquête, avec son lot de personnes perturbées, je me sentais baigner dans une ambiance aux relents de sordide.

En refermant le livre, j'ai réalisé que James Renner avait dédicacé son travail à "Keith", qui est le prénom de son grand-père, et cette dédicace a pris tout son sens à ce moment là, second degré cynique ou humour trash, je ne sais pas, mais qui a achevé de me perturber.

"Addict" est un livre troublant, à la fois intéressant et dérangeant, qui ne m'a pas laissée indifférente, mais dont je suis incapable d'en dire grand chose qui ne soit très personnel : pour avoir discuté avec d'autres personnes de cette lecture, je me suis rendu compte qu'il pouvait résonner très différemment en chacun de nous.

Un livre vraiment curieux dont j'aimerais beaucoup lire d'autres critiques.

Posté par _Alienor_ à 09:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2017

Terre qui bouge n'éveille pas homme qui dort

J'ai regardé l'heure : 3h09.

Puis j'ai dit à Monsieur "tu as senti ? je crois que c'est le plus important que nous ayons eu à ce jour".
"Quoi ?" m'a dit Monsieur d'une voix ensommeillée.
Le temps que je lui explique que nous étions supposés avoir ressenti une secousse sismique conséquente, une deuxième est survenue. " Pas mal, hein ?", lui ai-je lancé, enthousiaste, "et bien figure-toi que l'autre était encore plus forte !"

Monsieur m'a répondu par un "Ah ouiiiii !" impressionné, puis s'est retourné et s'est rendormi.

Il s'est rendormi.

Pas moi.

Le sommeil de l'insomniaque chronique que je suis ne survit pas aux réveils nocturnes.

J'ai compté les séismes, technique qui ne fonctionne pas mieux que celle du comptage des moutons.

Bilan de la matinée : une vingtaine de secousses, avec un record à M=3.74 pour celle de 3h09.

Sismalp 17 octobre 12h00

bon, c'est un peu le fatras, cet essaim sismique, mais pour le coup il porte bien son nom. Source : Sismalp.

Pour ceux qui auraient un doute : non, ce n'est pas un blog de sismologie. Mais ici nous vivons tous un peu au rythme des secousses... je reviendrai sous peu avec des impressions de lecture et pourquoi pas des billets mode, puisqu'il parait que c'est de la thématique de blog sérieuse.

Posté par _Alienor_ à 13:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,