De Pierre et de Sel...

28 mai 2017

Clovis, so hype...

Clovis

* "C'était un hipster, Clovis ?" *

Posté par _Alienor_ à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2017

Projet 52 - Arbre... et équilibre

Toujours avec mon téléphone portable, la photo de la semaine et le rattrapage de la semaine dernière.

Pour l'équilibre, cette fois encore j'ai biaisé. Il y avait bien la boulette de papier jetée et restée en équilibre sur le bord de la corbeille en papier, mais le résultat était très mauvais...

20170527_151330

 

Pour l'arbre, comme j'en suis entourée, de toutes sortes et de toute taille, je n'ai eu que l'embarras du choix.
J'ai opté pour un chêne qui a choisi de pousser dans un pot, un pot où pousse... un châtaignier - je cultive des arbres en pot. Il aura sous peu son pot personnel.

20170527_145152

 

Posté par _Alienor_ à 15:36 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
24 mai 2017

Aliénor change de look

Tout le monde l'aura compris, Aliénor est en crise.

Elle a même changé de look.

Mais ce changement est essentiellement circonstanciel.

Disons que ces derniers mois ont été à bien des titres éprouvants pour Aliénor, le bilan étant qu'elle a perdu deux tailles de vêtements. Avec pour corollaire de devoir refaire sa garde robe (non, décidément, tous les vêtements ne peuvent pas être repris de deux tailles, en tout cas pas avec son niveau en couture).

Aliénor en a profité pour rajeunir un peu son look : plusieurs personnes de son entourage lui ont fait remarquer qu'avoir été prise pour une religieuse à deux reprises la même année était un signe indubitable de l'urgence de la chose.

Dans la réalité, ses séances shopping ont été lourdement influencées par plusieurs facteurs :
- sa fréquentation assidue des milieux étudiants (où tout le monde porte des jeans),
- les relâchements vestimentaires de ses ados,
- la difficulté à trouver des vêtements de femme en taille 34 (quand le 1er magasin est à 30 minutes de voiture et qu'on n'a pas le temps de passer des heures à faire du shopping),
- sa rébellion actuelle contre les pressions de ceux qui ont des attentes conformistes disproportionnées à son endroit.

Aliénor s'est entre autres acheté un blouson en cuir, et deux jeans (droits, les jeans, pas slims, faut pas exagérer non plus).

veste en cuir

Une de ses connaissances, la voyant ainsi vêtue, lui a lâché :
"Je ne m'attendais pas à ça. Je suis choqué".

Un autre a lancé :
"J'ai toujours su que tu étais une punk".

 

Posté par _Alienor_ à 08:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 mai 2017

Peur de rater quelque chose

Tous les matins, avant d'attaquer les cours ou autre chose (aujourd'hui est dédié par exemple à la finalisation d'une visite guidée), j'ai pour habitude de faire un tour plus ou moins rapide de l'actualité. Les jours chargés, il se limite à une lecture en diagonale des grands titres, je me rattrape les autres jours.

Les sujets sociaux m'intéressent particulièrement (la sociologue en moi est toujours en éveil) et notamment quand ils touchent la jeunesse.
En mettant mes enfants au monde, je m'étais préparée à affronter tout un tas de choses, mais je n'avais pas anticipé les réseaux sociaux, je découvre et je gère au fur et à mesure - comme vous tous, j'imagine.

J'ai réagi ce matin à la lecture d'un article traitant d'Instagram et plus largement des réseaux sociaux :

article 20 minutes

Une étude britannique réalisée sur 1500 britanniques de 14 à 25 ans montre des aspects positifs sur l'expression de soi et la créativité,mais met en avant des points négatifs assez préoccupants :
- impact sur le commeil (les écrans retardent l'heure du coucher et leur lumière bleue perturbe le sommeil),
- cyberharcèlement (Miss Minerve m'a justement rapporté hier le cas d'amies qui en sont actuellement victimes, Snapchat constituant un outil formidable pour ce type de harcèlement),
- anxiété par rapport à l'image de soi (par "surexposition à des vies idéalisées" pour reprendre l'expression utilisée dans l'article),
- FoMo = Fear of Missong Out = peur de manquer quelque chose.

C'est ce dernier point qui m'a fait réagir.

Le FoMo est présenté dans l'article comme une "nouvelle forme d'anxiété sociale qui nous pousse à être tout le temps connectés pour ne rien rater".

Une "NOUVELLE FORME d'anxiété sociale".

Je proteste avec véhémence : cette forme d'anxiété sociale a toujours existé. Les réseaux sociaux la rendent seulement plus visible.

La FoMo se manifestait sous la forme d'une peur de rater le repas où il aura eu des révélations époustouflantes, la soirée incroyable qui finit en virée au bord du lac avec les croissants au petit matin, la sortie où il se sera passé quelque chose de particulier qui sera repris dans les conversations, partagé aux rencontres suivantes entre ceux qui pouvaient dire "j'y étais", renforçant ainsi leur complicité et leur appartenance au groupe... et d'une certaine façon, leur popularité...

Le FoMo est donc plus tôt, de mon point de vue une forme ancienne d'anxiété sociale qui nous pousse à vouloir passer le plus de temps possible à interagir avec les autres membres du groupe, de peur de rater quelque chose d'important dans la vie et l'histoire du groupe, et ceci afin d'affirmer et maintenir son appartenance au groupe.
(Je n'exclus pas qu'il puisse également y avoir chez certains une sorte de désir de vivre à fond et donc de ne rien rater de ce que la vie peut offrir, qui ne serait pas forcément lié à de l'anxiété sociale mais plutôt à une sorte d' "insatiabilité de vivre" - à vrai dire, je n'ai pas vraiment creusé la question)

Les réseaux sociaux, qui permettent un partage de l'information instantané, accentuent seulement le FoMo en rendant tout événement rapidement connu de tous et donc rapidement dépassé. Essayez de partager un mème que vous croyez nouveau avec votre ado, il y a fort à parier qu'il vous réponde "ah ouais... mais c'est hyper connu, ça fait longtemps que ça tourne sur internet, ça... regarde plutôt ceci..." (et si vous ne vous êtes pas encore imposé comme parent résolument branché (et encore... ^^), il est également possible que votre ado, goguenard, vous lance une petite phrase du type "ah ? tu connais ça, toi ?comment ça se fait ?" mais c'est une autre histoire...)
Au passage, on repense au phénomène du "scoop groupal" (désolée, je ne trouve pas comment l'appeler autrement), cette nouvelle qu'on annonce au membre pas assez connecté (ce qui peut lui faire éprouver un désagréable sentiment de relâchement de son lien au groupe) avec une formule de surprise du type : "ah mais tu n'es pas au courant ?..."

Le compte rendu de l'étude en question fait 30 pages (mais avec beaucoup de photos et de gros schémas) et est téléchargeable en PDF sur cette page. Je n'ai pas le temps de le lire ce matin, mais je le garde sous le coude...

Pour l'heure, je dois trouver mon équilibre, et ce n'est vraiment pas facile...

Posté par _Alienor_ à 10:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2017

La symphonie du départ - pour l'Agenda Ironique

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé de participer à l'Agenda Ironique.
Quand j'ai lu le billet d'Alphonsine, je n'étais pas partie pour participer.
Mais j'ai voulu voir par curiosité ce que disait la chanson dont il fallait s'inspirer, et à sa lecture, un texte s'est imposé à moi.

frise

La symphonie du départ

Je ne suis pas du matin. Et le matin ne me réussit pas. Il glisse sur moi des voiles d'une tristesse qui m'échappe et me fait douter de tout. De mes sentiments. De ceux des autres. Du bonheur en général. De mon bonheur en particulier. Je suis du genre à fuir le bonheur de peur qu'il se sauve *.

Je les ai tous quittés un matin. Sans une explication. C'était réglé comme du papier à musique : j'assénais la sentence, définitive, souvent en très peu, voire pas de mots. Et je partais en leur tournant le dos. Ils ne cherchaient généralement pas à me retenir. Ce dont je leur savais gré. Je pouvais ainsi plus facilement les oublier.

Mais le destin est un farceur.
Toutes ces années après, il t'a remis sur ma route.
Je ne t'ai pas reconnu tout de suite, je crois que j'avais oublié les détails de ton visage, je ne me rappelais que de ton sourire, de ta tignasse bouclée et de ta voix de baryton.

Je t'ai reconnu par hasard.
Ce jour-là mon téléphone a sonné sur la toccata et fugue de Bach. Tu as eu l'air surpris. J'ai su ensuite que tu aimais particulièrement cet air baroque. C'est cette façon particulière d'exprimer ta surprise qui m'a ramenée à ce matin là, ce matin où je t'ai quitté. C'est drôle : tu m'avais devancé. J'étais fascinée par cette expression de surprise sur ton visage. Une surprise simple, sans colère, sans rancoeur, j'en oublais de m'en aller. Tu m'avais alors tourné le dos et tu étais parti, sans tambour ni trompette. Ca m'avait coupé le sifflet. C'est peut-être pour cette raison que je n'ai jamais réussi à t'oublier : tu n'as pas joué correctement ta partition de ma magistrale Symphonie du Départ, et tu as imprimé en moi une autre mélodie, nostalgique celle-là.

Mon coeur bat la chamade chaque fois que je te rencontre. Mais je ne comprends pas pourquoi tu mets autant d'application à me tenir à distance. On dirait que je t'indiffère, que je n'ai pas compté pour toi.
Pourtant quelqu'un m'a dit que tu m'aimais encore.

Si c'est vrai, retiens la nuit **, empêche les matins d'effacer les promesses du soir, le vent nous portera *** sur un accord parfait. Si c'est faux, si c'est du pipeau, je te promets ** que je sortirai de ta vie, et que j'oublierai ton nom **.

 

* Jane Birkin
** Johnny Halliday (que je n'écoute pas mais qui a des titres de chanson hyper pratiques)
*** Noir Désir

léonard de vinci

Posté par _Alienor_ à 12:27 - Commentaires [8] - Permalien [#]
13 mai 2017

Projet 52 - Caillou

Chez moi le caillou est petit. En tout cas par rapport à celui de Ma.

Un vieux caillou qui traine dans le salon depuis des lustres et qui fait parfaitement l'affaire.

Caillou  

Semi-flou du téléphone portable... on finit par s'habituer...

Posté par _Alienor_ à 09:32 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
07 mai 2017

S'occuper un jour de pluie

Il est mille et une façons de s'occuper un jour de pluie battante.

On peut prendre un livre, confortablement installé dans un fauteuil, avec un plaid et un chat sur les genoux...

On peut regarder un film, en buvant un thé chaud...

On peut aussi faire une sortie romantique avec Monsieur :
chausser ses bottes en caoutchouc et partir pioche et pelle à la main pour aller creuser des rigoles à côté de la maison, finir trempés de la tête aux pieds, avec des ampoules à la base des doigts, le dos, la nuque et les épaules bloqués, mais avec l'intense satisfaction d'avoir évité le pire puisqu'il n'y a que quelques petites flaques dans la cave et que l'eau n'est pas entrée dans le salon.

regard bouché

ouverture cave      cave

 

Et savourer ensuite un antalgique bon thé chaud, avec un plaid et un chat sur les genoux.

Posté par _Alienor_ à 13:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
06 mai 2017

Projet 52 - commerce

Pour le thème commerce, le manque d'inspiration s'allie à un emploi du temps épouvantable, d'où cette...copie d'écran qui représente les façades de magasins à cocher pour prouver que je ne suis pas un robot. les seuls magasins que j'ai vu depuis au moins 15 jours.

Oui. Je sais. Mais au moins je reste dans la course.

magasins

Posté par _Alienor_ à 10:09 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :