De Pierre et de Sel...

19 août 2018

Bien en ligne... :)

Devinez où je suis ? (Non, pas à Carnac... ^^)

Alors ce strip n'a pas été validé à la maison : Monsieur a tenu à ce qu'il soit précisé qu'il refuse d'être assimilé à l'auteur des répliques, car il ne dirait pas ça.
Pas faux.
Ce serait plutôt le genre de Numéro6.

Quant à Miss Minerve, elle préfère les histoires vraies...

Pas de wifi dans la location...
Mais je reviens dans une semaine...

Posté par _Alienor_ à 10:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 août 2018

Les défauts de ses qualités

Je suis franche. 
Et spontanée.
Parfois trop.

Ce qui fait de moi une personne au potentiel gaffe illimité.

se faire des amis

Cela dit, je confirme : je trouve les pantalons slim extrêmement peu flatteurs.

Et ce n'est pas parce que c'est la mode que je vais les trouver moins moches.

Je vais me faire rare, pendant quelques jours...
vacances en Bretagne obligent...

Posté par _Alienor_ à 09:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2018

Société civilisée ?

On a longuement médité sur l'Histoire humaine, ses débordements, ses épisodes les plus graves, ses plus belles pages.

On a éduqué ses enfants en leur faisant prendre conscience des défauts de l'animal humain,
en les faisant réfléchir depuis leur plus jeune âge sur les événements de société,
en leur apprenant à réagir avec leur tête, pas avec leurs tripes,
en leur expliquant que les erreurs du passé devaient servir à contruire un avenir plus solide, à faire progresser l'humanité, d'où l'importance du devoir de mémoire,
en leur remplissant le cerveau avec de belles valeurs dites "humaines", solidarité, respect, blablabla,

On leur a expliqué qu'il fallait croire en l'être humain,
malgré tout, et pour toutes ces raisons.

Et aujourd'hui, nous voilà confrontés à ça :

 

J'ai comme l'impression que l'éducation que je leur ai donnée
perd en crédibilité.

" L'humanité qui devrait avoir six mille ans d'expérience
retombe en enfance à chaque génération.
"
Paul Bernard

ou :

on n'est pas sorti de l'auberge !

Posté par _Alienor_ à 08:41 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 août 2018

Kafka à La Poste (ou : la lose, avec La Poste)

Parce que vous vous êtes fait emboutir sur un parking et que votre voiture est immobilisée, vous décidez, par commodité (et surtout parce que sans voiture, vous êtes coincée chez vous -  #VivreALaCampagne) de faire appel à un organisme de vente par correspondance afin de vous faire livrer le cadeau d'anniversaire de Monsieur.

Vous payez 10 € supplémentaires pour avoir le colis en livraison express et être certaine de l'avoir pour le jour J.

On vous le promet pour le 9.

Vous y croyez.

En fait, vous ne l'aurez pas :

chronopost

Il faudra qu'on m'explique comment une livraison peut être triée, mise en attente, retriée au même endroit, échouer à être livrée, attendre des informations qu'on ne me demande pas et retourner se préparer chez l'expéditeur.

Parce que tout ce que je vois, moi, c'est qu'avec leur bazar, Monsieur a fêté son anniversaire sans cadeau.

Posté par _Alienor_ à 21:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
10 août 2018

Question existe en Ciel n°5 : de tonnerre et de lumière...

Paradoxe : la majorité des personnes interrogées affirme avoir peur ou tout au moins ne pas aimer les orages.

Pourtant, à la moindre occasion, ces mêmes personnes assistent en masse et avec un plaisir manifeste à des spectacles d'orages pyrotechniques, avec leurs tonnerres explosifs et leurs éclairs artificiers.

 Le feu d'artifice,
cet orage domestiqué et apprêté ?

feu d artifice

Posté par _Alienor_ à 20:26 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 août 2018

Kaléidoscopes romanesques

Définition tirée du dictionnaire en ligne du CNRTL :

KALEIDOSCOPE : subst.masc.
Instrument tubulaire contenant un jeu de miroirs et des fragments de verre mobile, diversement découpés et colorés, produisant des figures qui varient à chaque secousse reçue par l'appareil...

Définitions tirées du petit Aliénor illustré :

KALEIDOSCOPE : subst.masc.
Instrument de narration littéraire mettant en oeuvre un jeu de miroirs et des fragments d'indices, diversement agencés, produisant des déductions qui varient à chaque nouvel élément, perçu par le lecteur comme une secousse qui réagence le puzzle mental de ses déductions, mais sans qu'il sache toutefois jamais vraiment si les constructions mentales qu'il pense devoir le mener sur la bonne piste sont le fruit de son analyse personnelle ou le produit du jeu de l'auteur avec son lectorat.

KALEIDOSCOPIQUE, adj.
Qualifie un roman qui utilise le style de narration de type kaléidoscope. Les romans de Thilliez, qui jouent beaucoup sur les thèmes du double (gemellité, double identité, jeux de miroir, mais aussi mises en abîme, etc) et qui proposent tout au long des pages des indices forts, mais pourtant le plus souvent invisibles dans le flot de lecture, constituent un exemple prototypique de ce style narratif.

kaléidoscope

 

Posté par _Alienor_ à 17:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2018

Projet 52 - Paysage

Il y en avait partout, dans les années 70, de ces paysages de neige en noir et blanc.
Ils ont baigné ma petite enfance.
Sur les murs des maisons et des vieux chalets, ou IRL, pendant les vacances hivernales. Je détestais le ski (je déteste toujours) mais à l'époque j'aimais encore la neige...

paysage

Posté par _Alienor_ à 06:52 - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 juillet 2018

Projet 52 - se rafraîchir

La chaleur me rend fainéante : j'ai renoncé à chercher mon téléphone portable pour faire une photo, et j'ai la flemme d'aller fouiner dans mes archives numériques...

Donc, se rafraîchir, virtuellement, cette semaine...

se rafraîchir

Posté par _Alienor_ à 08:20 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juillet 2018

Le cerveau d'Aliénor

Je rêvais de le voir un jour, de découvrir le secret de ses circonvolutions gyrusales (gyrales ? gyrielles ? OSEF ! ), de contempler mon aire motrice supplémentaire, d'apprécier l'épaisseur de mon corps caleux, toussa toussa...

Je suis rentrée de l'IRM en serrant amoureusement dans mes bras le livret de clichés contenant le petit CD qui allait me permettre cette rencontre exceptionnelle...

... et là, devant les photos, HORREUR, CRUELLE DECEPTION : je découvre que mon cerveau est

MOCHE.

Il est monstrueusement

ASYMETRIQUE !

Quelle hypocrisie de sa part, vous en conviendrez, lui qui traque la rigueur mathématique sous toutes ses formes, qui se pâme devant les symétries, ben lui il est tout bancal.
Tout mal foutu.
Genre, t'en voudrais pas dans ton cours d'anatomie cérébrale pour pas embrouiller les élèves, tant on dirait que les deux hémisphères appartiennent à des personnes différentes.

Je ne vous parle même pas de mon corps calleux, qui, au lieu de présenter la belle courbe habituellement représentée sur les schémas, est tout en longueur, comme écrasé sous le poids du cortex (asymétrique, ce traitre...), et avec un genou et un splénium hypertrophiés en prime... quelle déception...

Exemple des circonvolutions du haut de mon crâne...

haut du cerveau

Bref.

Mon cerveau est décevant, mais je m'en remettrai.

Cela dit, cette IRM m'a permis de découvrir une impressionnante (de mon point de vue de béotienne) déviation de la cloison nasale agrémentée d'une déviation tout aussi étonnante des méats inférieurs...

portrait IRM

Nan mais sérieux, je suis pas super canon, malgré mes asymétries anatomiques internes ?
J'ai d'beaux zyeux, aussi, nan ?

Posté par _Alienor_ à 23:51 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 juillet 2018

S'offrir la jeunesse...

La propriétaire du Kelly.
La peau distendue de son visage a été trop vigoureusement remontée : elle affiche en permanence de surréalistes plis shar peiens horizontaux sur les joues, qui ne s'atténuent que lorsqu'elle se fend d'un large sourire.
Je me dis que si la peau devait se distendre encore, il se formerait un drappé du plus bel effet.

La propriétaire du Timeless.
Ses lèvres sont fascinantes, j'ai du mal à les quitter des yeux : l'injection, massive, doit être récente tant la peau est encore lisse et luisante.
Quand elle sourit, ça va, mais quand elle arrête, il se passe une chose effrayante : ses lèvres surgonflées ne parviennent pas à revenir à une position normale.
Comme elle a de plus du mal à articuler, c'est un curieux spectacle de ventriloquie que nous offre le masque de son visage rigidifié dans un demi-sourire inamovible.

SIC TRANSIT GLORIA MVNDI

Brazil Terry Gilliam

Finirai-je par être tentée, quand j'atteindrai leur âge, de m'offrir à coup d'injections et de bistouri l'illusion que le temps n'a pas d'emprise sur moi ?

Posté par _Alienor_ à 06:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juillet 2018

Les plumes d'Asphodèle

J'ai eu envie de participer à l'exercice littéraire organisé par Mind The Gap pour le 10ème anniversaire des Plumes d'Asphodèle.

En gros, 14 mots à mettre dans un texte... j'avoue m'être laissée emporter par ces élans de romantisme si particuliers qui me caractérisent (et qui traumatisent tout le monde autour de moi). Jo Dassin va m'en vouloir. Tant pis.

Variation sur le thème de l'été indien...

Enjoy it...

automne

Nous nous étions rencontrés dans le parc à côté de cette école maternelle, rue de la passerelle. C’était en septembre, les hirondelles commençaient à se masser sur les fils électriques. On entendait au loin des enfants chanter une petite ritournelle sur les voyelles, nos regards se sont croisés à cet instant, et tu m’as souri. C’était magique. J’ai immédiatement  compris que tu étais celui que j’avais attendu toute ma vie.

Nous nous sommes juré un amour éternel quelques jours avant Noël. Je portais une longue robe de dentelle à bretelles sous une étole de flanelle. Tu m’avais dit que je ressemblais à une aquarelle de Marie Laurencin.

J’ai glissé une photo de nous deux dans la poche intérieure de ta veste. Celle où nous posons sur la balancelle, que tu gardais dans ton portefeuille. Ainsi, je me tiendrai tout contre ton cœur pour ton dernier voyage.

Je crois que tu l’aurais trouvée belle, cette  stèle en marbre avec sa ribambelle d’angelots. Ils ont l’air si heureux… à l’image de nous deux pendant ces quelques mois…

Il faut maintenant que je me concentre sur les plus belles images de notre histoire, et que je réussisse à oublier celle qui me harcèle : ta tête en train d’éclater comme une mirabelle bien mûre et tous ces morceaux de cervelle sur la margelle du puits…
Il n’aurait pas fallu que je découvre sur ton pull ce parfum de cannelle qui n’était pas le mien. Ça m’a brisé le cœur d’imaginer que tu m’avais été  infidèle…  mais tout est de ta faute, aussi : je ne pouvais pas deviner qu'il s'agissait du parfum de ta sœur...

 

L'ETE INDIEN- JOE DASSIN

Posté par _Alienor_ à 08:00 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :
01 juillet 2018

Les ailes du papillon

Ce n'était rien que le petit battement des ailes d'un papillon.

Mais il a eu des conséquences capitales sur ma vie.

La décision qu'il m'a amenée à prendre pouvait paraître mineure, et elle l'était, en soi, mais elle a déclenché une cascade de situations déterminantes, et si tout n'est pas encore stabilisé à ce jour, je sais déjà que le bilan en sera globalement positif.
Sans lui, rien de tout cela ne serait arrivé.

Mon papillon ne saura jamais quel rôle fondamental il a joué dans ma vie, en implantant par un battement d'ailes cette idée au fin fond de ma caboche...
Sa motivation profonde était liée à ses intérêts propres ; sans s'en douter, il a servi les miens.

 

On justifie toujours ses décisions par des explications rationnelles et argumentées.

Mais nous sommes tous des menteurs.

Par calcul, par omission, par pudeur, par circonspection, par aveuglement volontaire ou par méconnaissance des ressorts qui nous animent, peu importe...
Si on accepte de se montrer honnête avec soi-même, on se trouve contraint d'avouer que parfois, derrière la façade cohérente, il y avait une part d'improbable, un battement d'aile de papillon qui a tout bouleversé, pour des raisons même pas forcément en lien avec les événements qui ont suivi, mais dans lesquels on a pourtant puisé les raisons avancées pour expliquer nos actes...

Je voudrais rendre hommage aujourd'hui
à mon beau papillon, 
le remercier pour son rôle involontaire,
et rendre hommage
à tous les beaux papillons
qui infléchissent en douceur le cours de nos existences...

papillons

Owl City - Fireflies

Posté par _Alienor_ à 07:25 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :