Dans la famille synesthète, je demande la mère.

Ma synesthésie s'exprime de différentes façons : des semaines bicolores, des journées en U, des chronologies sous formes de vagues... je ne parlerai que de mon année :

l'année d'Aliénor est un triangle,
rectangle en nuit de saint Sylvestre et d'hypothénuse juillet-août

Je vous le fais en image ?

Quand je pense à une période passée, par exemple l'été dernier, je vois l'hypothénuse comme un ruban aux limites floues, mais parsemé d'images et du ressenti de tout ce que j'y ai vécu.

Et si chaque année une habitude se met en place (genre vacances au même endroit pendant la même période), la partie correspondante du triangle finit par s'imprégner de l'événement et se "colorer" des atmosphères et ambiances qui y sont liées. Le meilleur exemple est décembre : la partie du triangle correspondant à décembre dégage une atmosphères de rues d'une ville la nuit quand les décorations de Noël sont éclairées, et il y a une sorte de décrochage au début des vacances qui apparait quand je zoome un peu sur cette zone... mais qui disparait quand je descends au niveau "semaine" : les représentations synesthésiques ne sont pas toujours cohérentes entre deux niveaux de visualisation... mais pour expliquer le phénomène de changement de type de cartographie en zoomant, imaginez-vous sur géoportail en 3D : certains détails (comme les limites de parcelles ou leur numéro) n'apparaissent clairement qu'avec un certain degré de grossissement, et on peut (dans une certaine mesure) modifier l'inclinaison de la représentation 3D...

Comme le temps n'est pas aligné sur l'espace dans ma représentation, s'en suivent chez moi des conséquences assez cocasses : pendant des années je n'ai pas compris pourquoi les vacances d'été passaient aussi vite, ni pourquoi le premier trimestre était aussi interminable : en fait leur représentation spatiale n'est pas proportionnelle à leur durée réelle, ni même à leur durée ressentie, mais uniquement basée sur leur force émotionnelle (les vacances d'été dans la maison famialiale en Savoie... soupir... il faut l'avoir vécu pour comprendre ^^).

Les constructions synesthésiques, quand on en parle entre synesthètes, s'avèrent fortement influencées par le vécu et par les aspects émotionnels. Ma soeur et moi avons toutes les deux noté la longueur démesurée des mois de juillet et août correspondant aux grandes vacances scolaires, et si on compare les nombreuses représentations dont est désormais truffé internet, on remarquera que les particularités des schémas mentaux sont souvent en lien avec des périodes clefs de l'enfance (période au cours de laquelle se mettent en place les représentations) : fin juin (début des vacances d'été), début septembre (rentrée scolaire), ou Noël/jour de l'an...

Sachez enfin que des chercheurs nous étudient, nous autres synesthètes, parfaitement, nous sommes des curiosités pour le monde scientifique, du fait de nos "gènes altérés" (sic, avant-dernier paragraphe de la page du site en lien - mais ça va, hein, pas la peine de me présenter vos condoléances, j'avais bien compris, et depuis fort longtemps, qu'il y avait un truc foireux dans mon patrimoine génétique ^^).