Jusqu'à quel moment peut-on parler de coïncidences,
et à partir de quand peut-on parler de l'expression mathématique de l'organisation harmonieuse de l'univers ?

2018012611362419697

"Je ne suis plus surpris par les coïncidences étranges qui ponctuent ma vie. (...) j'en suis arrivé à croire qu'il existe quelque schéma de l'univers, un certain ordre dans la tournure des choses. Une "formidable symétrie" ; c'est le nom que je lui ai donné. Pas forcément un dessein intelligent, plutôt une sorte de trame naturelle, ou quelque chose comme ça"
James Renner (Addict)

 Kundera, lui, compare nos vies à des partitions musicales écrites à partir des coïncidences et guidées par le sens de la beauté, je vous mets le chapitre en entier, il est superbe.

MK
Milan Kundera (L'insoutenable légèreté de l'être)

2018012611362419697

Les protéines sont de grosses molécules constituées de chaînes d'acides aminés connectés entre eux par des liaisons peptidiques (bah oui, avec une fille en 1ère S, on replonge dans les molécules. Et la trigo aussi, mais pour l'heure ça n'apporte rien au débat).
Les acides aminés contiennent pour certains des parties hydrophiles, et pour d'autres des parties hydrophobes.
En milieu acqueux et dans les conditions optimales de leur fonctionnement, une molécule de protéine se replie sur elle-même en fonction des propriétés de ses composants : les parties hydrophobes se concentrent vers l'intérieur, les parties hydrophiles vers l'extérieur.
La structure finale de cette moélcule, qui peut être comparée à la position la plus confortable pour elle compte tenu de l'équilibre entre les attractions-répulsions diverses de ses composants, définit ses fonctions spécifiques...

Les molécules de lipides ont une tête hydrophile et de longues queues hydrophobes. En milieu acqueux, elles s'organisent selon les mêmes règles que les molécules de protéines : la partie hydrophobe fuyant le contact avec l'eau, la partie hydrophobe la recherchant. Elles vont former des bicouches, ou s'organiser en sphères.

Notre fonctionnement est entièrement, je dis bien ENTIEREMENT le résultat de notre activité moléculaire.

Une activité régie par des règles d'une rigueur mathématique.

Quelle est la place du hasard ?

Les lois du monde micro s'appliquent-elles au monde macro ? Sommes-nous des sortes de grosses molécules balottées par des lois physiques qui nous dépassent ? Jusqu'à quel point nous leurrons-nous quand nous pensons avoir un libre arbitre ? 

Dissertation, 50 lignes, je relève les copies jeudi... ^^

2018012611362419697

C'est un événement : le dernier livre de Antonio Damasio est sorti en France. Chez Odile Jacob.

"L'ordre étrange des choses ;
la vie, les sentiments et la fabrique de la culture"

Extrait de la quatrième de couv' : "le vivant porte en lui une force irrépressible, l'homéostasie, qui oeuvre à la continuation de la vie et en régule toutes les manifestations, qu'elles soient biologiques, psychologiques et même sociales"... "dans le cours d'une généalogie invisible, les émotions, les sentiments, le fonctionnement de l'esprit, mais aussi les formes les plus complexes de la culture et de l'organisation sociale, s'enracinent dans les organismes unicellulaires les plus anciens."