Tout le monde connait désormais mon goût prononcé pour tout ce qui touche l'imagerie mentale, la synesthésie notamment.

Mais si, et ce indépendamment de la synesthésie, certaines personnes peuvent produire volontairement des images mentales très fortes qui s'approchent, en intensité, d'une image réelle, couleurs incluses, d'autres, à l'extrême, ont un cerveau qui ne produit aucune visualisation.

Ce phénomène est appelé
"aphantasia" en anglais,
"aphantaisie" en français.

C'est un truc qui m'impressionne beaucoup, parce que dans ma tête, c'est un pêle mêle permanent d'images dynamiques, qui arrivent à être envahissantes puisque lorsque je suis trop prises par mes pensées, elles se superposent aux images du réel que mon oeil perçoit...
... sans parler de ma difficulté avec les concepts abstraits...

 

pensée visuelle vs formelle

 

On ne trouve pas beaucoup d'études sur l'aphantaisie. Pourtant, dès le 19ème siècle (on en revient toujours au 19ème siècle, chez Aliénor, vous n'aurez pas manqué de le remarquer ^^), l'étonnant Francis Galton (qui avait déjà décrit la synesthésie - j'aurais adoré rencontrer cet homme...) avait décrit ce mode de pensée, l'associant aux scientifiques de son entourage qui semblaient être dépourvus, ou quasi dépourvus de cette capacité de visualisation.

S'il s'avère aujourd'hui qu'il s'est trompé sur ce point, il me semble tout de même qu'il ait pu y avoir une forme de vérité dans son erreur : il se pourrait en effet qu'on retrouve

- plus de personnes avec des difficultés d'abstraction pure chez les personnes à fonctionnement mental fortement basé sur l'imagerie (genre qui ne comprennent pas une définition qui ne serait qu'une suite de mots avant de l'avoir traduite en images ou en schémas, comme moi)
- plus de difficultés en géométrie et en repérage dans l'espace chez ceux qui sont dépourvus d'imagerie mentale...

A vérifier :
confirmations ou infirmations de cas extrêmes souhaitées...

Y-a-t-il un chercheur dans la salle ?